DSC05610 Red.JPG

Bretagne

© Dimitri Marguerat

Bretagne sauvage : entre Finistère et Côtes d'Armor

La Bretagne est une sorte de péninsule qui s’avance dans l’océan Atlantique. Le Finistère est tourné vers le large tandis que les Côtes d’Armor restent timidement en retrait. De formation granitique datant de l’ère primaire, cette région offre de somptueux paysages littoraux où alternent des plages de sable blanc, des caps rocheux fantasmagoriques et des falaises colorées atteignant leur flamboiement intense sur la Côte de granit rose… D'innombrables îlots s’égrènent tout au long de la côte. L’amplitude des marées, ou marnage, qui peut atteindre plus de 10 m, crée des changements radicaux de paysages 2 fois par jour. Toute la richesse écologique de l’estran se dévoile et nous découvrons dans le goémon de merveilleux petits mollusques : les Littorines obtuses, vivement colorées, du jaune citron à l’orange vif. Quantité de vasières s’offrent aux kyrielles d’oiseaux affamés, en migration ou en hivernage. Une chorégraphie de becs longs et courts, de pattes agitées et d’ailes soyeuses, s’improvise sur la scène littorale, c’est la table des limicoles ! Paradis de Bécasseaux, Chevaliers, Pluviers, Tournepierres, Huîtriers, Barges et Courlis, ces milieux littoraux sont bien protégés. Les anatidés comme la Bernache cravant, la Tadorne de Belon, le Harle huppés, sont très représentés. Des Côtes d’Armor au Finistère, le Fou de Bassan est omniprésent, en particulier au large de Perros-Guirec où il abonde. De grands effectifs d’oiseaux nordiques, en escale migratoire ou hivernants, restent sur les côtes bretonnes car cette région bénéficie d’un climat particulièrement doux. Notre programme propose les parcours pédestres de la majorité des sites emblématiques situés à l’est et à l’ouest de Roscoff.

1250€

8 jours
7 nuits

du 15 au 22 octobre 2022
COMPLET
&

du 22 au 29 octobre 2022
reste 7 places/8
Le PROGRAMME en bref :
Séjour en étoile, retour au gîte tous les soirs.

Jour 1: Arrivée, RV 18h30 / Jour 2: Réserve ornithologique des Dunes de Keremma - Phare de Ponthusval

Jour 3: Réserve de Vie Sauvage du Trégor (ASPAS) - L’Île Grande (LPO) / Jour 4 : Roscoff - Île de Batz

Jour 5: Perros Guirrec - Ploumanac'h - Côte de granit rose / Jour 6 : Baie de Morlaix - Térénez - Presqu'île du Cairn de Barnenez - Carantec

Jour 7: Etang du Curnic - Baie de Guissény - Plouguerneau / Jour 8: Départ

DSC05635 Red.JPG

Programme détaillé

© Dimitri Marguerat

JOUR 1, samedi soir : rendez-vous 18h30

Installation et repas.

JOUR 2, dimanche :  Réserve ornithologique  des Dunes de Keremma (Anse du Kernic et Grève de Goulven) – Phare de Ponthusval (Brignogan-Plage)

Les Dunes de Keremma s’étendent d’est en ouest sur 6 km. Ce milieu instable, façonné par le vent, est en partie fixé par une espèce végétale aux racines très profondes : les Oyats. Par chance, les deux extrémités de la grande dune offrent une protection aux baies qui se découvrent à marée basse. Toute la zone est classée Réserve ornithologique, sous l’autorité du Conservatoire du Littoral. A Goulven, une ancienne digue artificielle témoigne d’un aménagement ayant permis d’agrandir la surface agricole. Depuis cette digue, le champ de vision est parfait pour scruter la roselière saumâtre et la baie maritime. D’un côté, la phragmitaie, attractive pour des espèces comme le Râle d’eau, le Grèbe castagneux, la Foulque, la Galinule poule-d’eau et divers anatidés, de l’autre, la baie, qui regorge de mollusques et de vers, très prisés des limicoles, Bernaches cravant, Canard siffleurs... Nous prenons un chemin sur la grande dune couverte de graminées et croisons les passereaux qui peuplent ces étendues, comme l’Alouette des champs, le Traquet motteux en migration... Après un saut de puce en voiture, nous découvrons l’autre extrémité de la dune de Keremma où se trouve l’Anse de Kernic, très attractive également. En fin de journée nous nous rendons au phare de Pontusval, commune de Brignogan-Plages, site réputé pour la migration des oiseaux pélagiques.

DSC05475 red.JPG
DSC05662 red.JPG
47980984817_88d7dGrèbe castagneux © Ianpreston18c20_k.jpg
Canard siffleur © Becky Matsubara
Galinule poule d'eau © Bernard Dupnont
Râle d'eau © Ianpreston
tadorne © DM ajoustée
DSC05489 red.JPG
tadorne © DM ajustée
DSC05385 Red.JPG
DSC05484 red.JPG
DSC05266 red+ éclaircie
DSC05437 red.JPG
Pontusval phare © jmt-29
DSC05702 red_edited.jpg
accenteur mouchet ? © DM éclaircie
DSC05695 red + éclaircie
JOUR 3, lundi :  Réserve de Vie Sauvage du Trégor (ASPAS) - L’Ile Grande (station LPO)

La Bretagne est très agricole et peu nombreux sont les espaces sauvages en dehors du littoral et des îles. L’ASPAS (Association pour la Sauvegarde et la Protection des Animaux Sauvage) parie sur l’avenir en prônant le « ré-ensauvagement » de certains sites : des habitats naturels ciblés au fort potentiel écologique. Par des acquisitions foncières ou des legs, l’ASPAS crée des Réserves de Vie Sauvage.  Strictement aucune gestion n’y est conduite, le principe fondateur de ces « RVS » est basé sur la libre évolution, l’auto-régulation et la résilience écologique. La Réserve du Trégor nous donnera un bel aperçu sauvage des terres bretonnes intérieures. Le Trégor, c’est une vallée encaissée où coule une rivière peuplée de Loutres et de Saumons, bordée d’une superbe ripisylve. Les bois sont constitués de vieux arbres, attractifs pour les Pics noirs, Pics épeiches, Grimpereaux, Sittelles et autres passereaux ainsi que pour des rapaces forestiers comme l’Epervier d’Europe. Nous y passons la matinée.

En deuxième partie de journée, nous découvrons l’emblématique Ile Grande, au long d’un circuit qui offre des horizons captivants sur 7 km. C’est aussi le site de la station LPO-Ile Grande, site d’importance pour la LPO France. Rappelons que l’association est née ici dès 1910 avec la problématique de la chasse au Macareux moine. La diversité des milieux ne manque pas entre les petites falaises de granit battues par la houle et une grande vasière attractive pour les limicoles, à marée basse. Des Accenteurs mouchets nous accompagnent sur une bonne partie du parcours, oiseaux discrets aux mœurs nuptiaux des plus étranges…Nous finissons la journée par une visite de la station LPO et de ses expositions pédagogiques sur les oiseaux marins.

JOUR 4, mardi :  Roscoff - Ile de Batz

L’Ile de Batz nous accueille après une courte traversée en bateau, avec, dès notre arrivée, des îlots constellés de Cormorans huppés, de Goélands argentés et marins, d’Huîtriers pie et de Tournepierres à collier. Nous longeons à pied une anse servant de port devant des maisons minuscules. Maisons de pêcheurs du temps jadis ? Le maraîchage est une activité importante pour les insulaires. Le joli chemin du littoral nous conduit vers une zone humide à végétation palustre, promesse de belles observations ? Le tour de l’extrémité ouest nous réserve des points de vue impressionnants avec quantité d’ilots battus par les tempêtes. On imagine volontiers la détresse des navires en perdition contre ces rochers ! Le phare de Batz a dû permettre d’éviter de nombreux naufrages…

DSC05333 Red.JPG
DSC05240 Red.JPG
Cormoran huppé © Ella Mullins
Huîtrier pie © Pazaconyoman
DSC05231 Red.JPG
Cormoran huppé © Thomas Quine
Huîtrier pie © Ekaterina Chernetsova
Huîtrier pie © Ekaterina Chernetsova
JOUR 5, mercredi :  Perros-Guirec – Ploumanac’h – Côte de granit rose

Le site de Ploumanac’h est très touristique à juste titre, sa côte de granit rose est sublime ! Un chemin sympathique serpente entre des points de vue sur de fantasmagoriques assemblages naturels de granit colorés qui plongent dans le bleu céruléen de la baie de Perros-Guirec. Au large, à quelques encablures, la fameuse Réserve des Sept-Iles apparaît. En février 2021, date de notre reconnaissance, des dizaines de Fous de Bassan plongeaient comme des flèches sur des bancs de poissons déjà convoités par des Marsouins communs. La scène se passait tout contre le littoral. Les Marsouins sautaient hors de l’eau afin de poursuivre les poissons. Quelle promiscuité au banquet des poissons ! Les fulgurants plongeons des Fous faisaient jaillir des gerbes de gouttelettes vaporeuses semblables au souffle humide d’une baleine, tandis que les Marsouins ondulaient vivement de droite et de gauche. Nous aurions rêvé d’y être en plongée sous-marine…

Granit rose réduite © DM.JPG
Granit rose © Leonid Kostrykin
Granit rose © DM
Fou de Bassan © Caroline Legg
Fou de Bassan © Caroline Legg
Granit rose © Erno Hannink
DSC05434 red et ajustee
DSC05169 Red + ajusté
DSC05205 red.JPG
DSC05451 red.JPG
JOUR 6, jeudi :  Baie de Morlaix - Térénez  - Presqu’île du Cairn de Barnenez - Carantec

Nous découvrons la Baie de Morlaix, depuis la presqu’île où se trouve un site archéologique majeur : le Cairn de Barnenez. Cette presqu’île est épargnée de constructions récentes, afin de respecter l’âme du site, classé Monument Historique. C’est un immense édifice mégalithique qui domine l’entrée de la Rade, datant du néolithique, c’est-à-dire du début de la sédentarisation de l’Homme. Le petit circuit de la presqu’île est très agréable et offre des horizons sur une multitude d’îles et îlots protégés, de la Baie de Morlaix. La Sterne de Dougall y nichait mais l’installation récente d’un couple de Faucons pèlerins la fit déserter. Nous découvrons ensuite le fond de l’Anse de Térénez, encore un milieu très attractif pour les oiseaux... Nous nous rendons ensuite au petit port de Térénez, nouveau point de départ pédestre. Ici, on pratique l’élevage des huîtres. Le sentier côtier nous fait découvrir une succession de curiosités paysagères et géologiques. Des empilements de granit semblent défier la pesanteur, les vagues s’écrasent sur la berge et les îlots, l’érosion fait son œuvre lentement mais sûrement ! Sur le chemin du retour nous passons au plus près de la côte pour faire quelques arrêts au niveau de Carantec.

JOUR 7, vendredi :  Etang du Curnic – Baie de Guissény – Plouguerneau

Au hameau du Curnic, nous faisons face à la mer. Le contournement d’un petit cap nous oriente vers les berges d’une baie riche en limicoles à marée basse. La digue surélevée constitue un promontoire d’observation idéal : d’un côté, l’anse et ses bancs de sable blanc, de l’autre, un étang d’eau saumâtre peuplé de phragmites. D’un côté des limicoles en halte migratoire, de l’autre des anatidés, grèbes, râles… Le tour de l’étang nous amène au milieu de prairies humides constellées de mares. De nombreux amphibiens et libellules s’y reproduisent au printemps. Au sol, des empreintes de Blaireaux, Renards et Ragondins, montrent que les sentiers des hommes intéressent aussi la faune nocturne… Nous revenons par la grève et son cordon dunaire peuplé d’Oyats. Les Bécasseaux sanderling, ces « petites souris des sables », aiment  courir le long de la ligne ondulante du ressac. Cet oiseau est un champion toutes catégories des grandes migrations…ceux-là viennent-ils de Sibérie ou de l’arctique canadien ?

Guisseny/Curnic © Ludovic
Guisseny/Curnic © Ludovic
DSC05681 red.JPG
DSC05478 Red.JPG
DSC05780 red.JPG
sanderling © DM
DSC05829 red.JPG
DSC05836 red.JPG
JOUR 8, samedi : Départ

Départ après le petit-déjeuner. Acheminement en gare pour ceux qui le souhaitent, à partir de 10h.

GUIDE

Dimitri MARGUERAT. Reconnaissance effectuée en février 2021 (15 jours)

 

NOS ATOUTS

Un groupe limité à 8 personnes

Possibilité d’arriver à Roscoff en car TER via Morlaix SNCF.

HÉBERGEMENT - REPAS

Pension complète en gîte, base chambre de deux. Grande maison toute équipée située sur le front de mer, face à l’Ile de Batz.

Petit-déjeuner, pique-nique et repas du soir concoctés par notre ami cuisinier  Luc MEDRINAL.

DIFFICULTÉS TECHNIQUES

5 à 12 km de marche quotidienne, en terrain plat, peu accidenté.

TARIFS
Le séjour est limité à 8 personnes. Il démarre à partir de 5 ou 6 personnes.
 
Ce tarif comprend :
- l'hébergement tel que mentionné ci-dessus,
- les repas,
- les déplacements durant tout le séjour, en minibus,
- l'encadrement
 
Ce tarif ne comprend pas :
- L'aller/retour jusqu'à/au départ de Roscoff,
- Les boissons en extra,
- L'assurance annulation - rapatriement,
- Tout ce qui n'est pas compris dans la rubrique "Ce tarif comprend"