ÉQUATEUR : une perle en Amérique du Sud

1/24

C'est en Amérique du Sud que l'on trouve les pays comptant le plus grand nombre d'espèces d'oiseaux au monde. La Colombie abrite plus de 1800 espèces, puis viennent le Brésil, le Pérou et l'Équateur. Toutefois, rapporté à la taille du pays (moins de la moitié de la France), l'Équateur et son cortège de 1600 espèces caracole en tête.

La stabilité politique et sociale du pays ainsi que la qualité des infrastructures touristiques, associées à cette fabuleuse biodiversité font de l'Equateur un des leaders mondiaux en matière de tourisme ornithologique.

Séjour en 2 parties : Andes & extension Amazonie

Andes Occidentales & Orientales (12 jours/11 nuits)

Au cours des deux semaines passées dans la cordillère des Andes, vous pourrez facilement observer plus de 400 espèces d'oiseaux, dont 75 espèces de colibris et plusieurs espèces mythiques du monde néo tropical. Le parcours a été spécialement conçu pour vous faire découvrir les différents écosystèmes andins remarquables du nord du pays, depuis les sommets enneigés des volcans aux luxuriantes forêts de bas piémont, en passant par les forêts de nuages des versants andins regorgeant de mousses, d'orchidées et de broméliacées épiphytes.

Extension Amazonie (6 jours/5 nuits)

L'Équateur est recouvert dans son tiers oriental par l'Amazonie, véritable poumon de la planète et trésor de biodiversité. Nous avons choisi l’exceptionnel « Sani Lodge » car il est l’un des meilleurs lodges ornithos de la planète. Il se situe au bord du Rio Napo, l'un des principaux affluents de l’Amazone. Nous aurons l'occasion d'explorer en canoë ou à pied ces fantastiques écosystèmes. Le séjour promet des moments mémorables comme le lever du soleil depuis la tour située à plus de 30 mètres au-dessus du sol, ou bien la visite des falaises d'argile, où viennent s'alimenter plusieurs espèces de perroquets… une féerie de plumes et de couleurs !

ACCOMPAGNATEURS

Dimitri MARGUERAT & Vincent MOURET pour le séjour en 2019

Vincent MOURET pour le séjour en 2020

NOS ATOUTS

- Guide ornithologue spécialiste de la destination (Vincent MOURET)

- Guides locaux additionnels selon les sites

- Un chauffeur (partie Andes)

- Un vol intérieur

- Des lodges exceptionnels

- Un potentiel de plus de 500 espèces d'oiseaux

3300 € : Andes

12 jours / 11 nuits

5800 € : Andes + Amazonie

17 jours / 16 nuits

Séjour automne 2019
Formule Andes : COMPLET
21 octobre au 01 novembre 2019
Andes + Amazonie : COMPLET
21 octobre au 06 novembre 2019
avec V. MOURET & D. MARGUERAT
 
Séjour été 2020
Formule Andes :
13 juillet au 24 juillet 2020
Andes + Amazonie :
13 juillet au 29 juillet 2020
avec Vincent MOURET
9 jours
8 nuits
Le PROGRAMME en bref :
 

Jour 1 : Accueil et nuit à Quito 

Jour 2 : Cordillère occidentale – Réserve Yanacocha – Bellavista

Jour 3 : Bellavista - Mindo

Jour 4 : Réserve de Milpe – Mindo

Jour 5 : Réserve de Rio Silanche –Mindo

Jour 6 : Paz de los aves – Cordillère orientale - Antisana

Jour 7 : Parc National Antisana –Guango lodge

Jour 8 : Col de Papallacta – Guango lodge

Jour 9 : Guango lodge – Baeza - Cabanas San Isidro

Jour 10 : Cabanas San Isidro

Jour 11 : Crête de Huacamayos - Réserve Narupa – Retour Quito ou extension Amazonie

Jour 12-13-14-15 : Sani Lodge

Jour 16 : Sani Lodge - Vol Quito 

Jour 17 : Vol retour

HÉBERGEMENTS (liste sur demande)

Andes Est et Ouest :

Des lodges prestigieux, particulièrement confortables et très prisés des naturalistes.

Extension Amazonie :

Un hôtel à Coca et Sani Lodge en forêt amazonienne.

REPAS

Pique-niques ou repas dans des petits restaurants à midi.

Restaurant du lodge le soir.

DIFFICULTÉS TECHNIQUES & PHYSIQUES

Peu de dénivelé, balades souvent à plat.

Deux demi-journées à 4000m d'altitude.

Programme détaillé

Hurleur roux © Vincent MOURET

JOUR 1 : accueil et nuit à Quito 

Après votre vol international vous arrivez à l’aéroport Mariscal Sucre. Installation dans un hôtel de Quito. Perchée à 2850m, Quito est la deuxième ville la plus élevée au monde ! Située dans la vallée inter andine, elle part à l’assaut des contreforts est et ouest des Andes où d’imposants volcans dominent, notamment le Pinchincha (4776 m), l’Antisana (5758 m), ou encore le Cotopaxi (5897m) plus au sud. Selon vos horaires d’arrivée, nous partons déjà faire quelques observations naturalistes ou nous visitons la vieille ville.

JOUR 2 : Cordillère occidentale – Réserve Yanacocha – Bellavista Cloud forest  

Nous prenons la route vers l’ouest sur les pentes du Volcan Pichincha et arrivons rapidement dans la réserve de Yanacocha située en forêt tempérée. Au cours d’une balade pédestre de 4 à 5 km à plat, nous découvrons de magnifiques espèces, dont de nombreux colibris : Colibri étincelant, Colibri de Lafresnaye, Colibri à ailes saphir, Érione à poitrine d'or et Érione catherine, Inca à gemme bleue, Métallure émeraude... Deux espèces de Percefleurs, le Percefleur masqué et le Percefleur de Lafresnaye viennent aspirer le nectar à la base des fleurs grâce à leur bec crochu en forme de sécateur. Nous poursuivrons ensuite notre périple sur le versant ouest de la cordillère occidentale jusqu'au lodge de Bellavista. Bellavista, la vallée de Tandayapa, sont des noms mythiques qui peuplent les rêves de bien des ornithos. Nous aurons largement le temps d'explorer l'ensemble du secteur à la recherche d'espèces fascinantes comme le Toucan montagnard, l'Oréotangara élégant, le Quetzal doré...  Dîner et nuit au lodge de Bellavista. A la nuit tombée, nous rechercherons un petit mammifère très singulier : l’Olinguito. Il est le seul mammifère carnivore nouvellement décrit par la science en 35 ans ! Cet animal sympathique ressemble un peu à un raton laveur avec une petite tête oursine. Il est arboricole tout comme l’Olingo, son cousin du Costa Rica.

JOUR 3 : Bellavista Lodge - Santa Rosa Feeders - Mindo

Le potentiel des espèces observables est purement extraordinaire et la liste serait trop longue à établir. Nous consacrons la journée entière à rechercher les merveilles de ce superbe écosystème montagnard de type « cloud forest ». L’immensité de la forêt primaire est spectaculaire et la vue plongeante. De par son emplacement sur une crête en forêt, notre lodge est le lieu idéal pour entendre résonner les chants envoûtants qui montent de la canopée. Pour cette troisième journée dans les Andes, quel que soit l’itinéraire choisi, le Quetzal doré ou les Trogons signaleront leur présence par leur chant monotone, tandis que le Toucan montagnard et le Cabézon toucan, deux espèces emblématiques du lieu, se montreront peut-être.

Repas à Bellavista puis observations sur un impressionnant site de nourrissage en pleine forêt, sur la route de Mindo (nectarivores, frugivores, insectivores). Installation pour 2 nuits dans un superbe et confortable lodge qui domine le charmant village de Mindo, dans la vallée.

JOUR 4 : Réserve de Milpe – Milpe Garden - Mindo

Après un petit-déjeuner pris au milieu du vrombissement ininterrompu des Colibris attirés par les mangeoires (pratique très répandue en Equateur), nous partons pour la réserve de Milpe en pleine forêt primaire. Nous y rencontrons nos premiers Furnariidés : Grimpars, Anabates, Sittines, Synallaxes… pas toujours évidents à identifier ! Selon les espèces, ils explorent écorce, mousse, lichen, bois mort. En quelque sorte ils sont les remplaçants de nos Grimpereaux et Sittelles… Divers Manakins peuvent être vus et entendus. Cette « forêt de nuages » dresse vers la canopée ses troncs moussus et ses branches saturées de broméliacées et d’orchidées. De là-haut descendent des chants envoûtants qui se mêlent aux cymbalisations des innombrables cigales. Une pause-café près des mangeoires nous permettra sûrement de découvrir de nouveaux Colibris : le minuscule et bizarrement nommé « Haut-de-chausses à palettes », l’extraordinaire Sylphe à queue violette ou l’Inca à collier.

L’après-midi, après une pause, nous nous rendons dans le village de Mindo. Il sera possible soit de faire un « Chocolate Tour » instructif, soit de chercher au bord de la rivière la Caurale soleil et le Cincle à tête blanche. Deux groupes possibles.

JOUR 5 : Réserve de Rio Silanche – Mirador de San Miguel de Los Bancos - Mindo

Ce matin nous nous mettons en route bien avant l’aube. Au lever du jour, nous arrivons dans la réserve de Rio Silanche. La faible altitude de ce lieu (environ 400m) situé sur le versant occidental des Andes, nous permet de découvrir de nombreuses espèces nouvelles inféodées à cette zone. Du sommet d’une tour élevée dans laquelle  nous restons à l’affût un bon moment, nous assistons à l’effervescence matinale des oiseaux. Divers rapaces peuvent être vus (Bec-en-croc de Temminck, Harpage bi-denté, Buse à gros bec, Urubus), ainsi que les espèces suivantes : Trogon masqué, Motmot roux, Cabézon à tête rouge, Toucan du Choco, Pic de Guayaquill, Pic cannelle, Pic or-olive, divers perroquets,  Cassique à dos rouge, Tangara à épaulettes blanches, Tangara flamboyant et divers Callistes, pour ne citer qu’eux ! La qualité des observations et le nombre d’espèces vues dépendront de la présence ou non de fruits sur les arbres proches de la tour.

Ensuite nous explorons la forêt primaire par un agréable chemin. Nous entendrons peut-être divers Troglodytes au chant puissant, divers « Antbird » ou encore des Grallaires.

Nous rejoignons enfin un site incontournable du parcours : un restaurant-mirador idéalement placé sur une crête.

JOUR 6 : Paz de los aves – Cordillère orientale : Antisana – (Hacienda Guaytara)

Les fameux Coqs de roche nous attendent au lever du jour pour un réveil original ! Plusieurs mâles se rassemblent pour former un lek… Ils dansent et produisent leur chant soufflé et vibrant, tandis que des femelles, discrètes, observent le manège de leurs prétendants. Nous vivons un des moments forts du séjour. Avec les frères de la Paz, cultivateurs convertis en ornithologues, nous poursuivons la matinée en quête de découvertes merveilleuses. Les Grallaires sont au menu, ils les connaissent si bien (et inversement !) En 2018 nous avons pu en observer 5 espèces au cours de cette matinée mémorable : Grallaire à moustaches, flammée, à poitrine jaune, ocrée et géante. D'ordinaire extrêmement difficiles à observer, les Grallaires sont ici familiarisées grâce à la longue imprégnation des frères de la Paz et à l'apport répété de lombrics en des points précis. Parions que nous découvrirons aussi le rare et superbe Toucan montagnard, l'Engoulevent lyre, le Téléma à poitrine rousse ou le fameux Cabézon toucan.

Nous atteignons dans l’après-midi la cordillère orientale, sur les flancs du volcan Antisana. Vers 3500m d’altitude, nous nous installons dans notre hôtel situé tout près d’une falaise où niche le Condor des Andes. Cet oiseau devenu rare est vraiment très impressionnant : avec son envergure de plus de 3 m et son poids voisin de 10 à 12 kg il fait partie des plus grands oiseaux au monde.

JOUR 7 : Parc National Antisana – Lagune de Micacocha

Après une nuit fraîche et notre petit-déjeuner, nous partons visiter le Parc National d'Antisana tout proche. L’imposante Buse aguia se montre facilement. Un belvédère idéalement situé nous permet d'observer aussi bien l'immense Condor que les petits colibris comme le Colibri géant, le Colibri étincelant ou encore le Porte-traîne lesbie, très affairés dans les buissons de Chuquiragua aux fleurs orange. Arrivés en peu de temps sur un plateau à 4000m d’altitude, de nouveaux paysages grandioses s'offrent à nos yeux, avec en point de mire, le fameux volcan Antisana qui culmine à presque 6000m. La prairie et sa profusion de fleurs singulières et exceptionnelles fera le bonheur des botanistes. Nous croiserons même peut-être la route de quelques Cerfs de Virginie ou d'un Renard des Andes. Ici, le Caracara caronculé est abondant et il n'est pas rare de voir ce superbe rapace chercher sa nourriture au sol, parfois accompagné de Vanneaux des Andes. Nous recherchons attentivement une espèce très rare en Equateur qui trouve ici son unique refuge : l’Ibis à face noire. Pipit du paramo, Cinclode à miroir marron, Synallaxe de Wyatt, Grallaire de Quito, Hirondelle à ventre brun…, font partie des espèces de passereaux que nous devrions rencontrer ici. Le Faucon aplomado habite la zone. Dans la lagune de Micacocha, nous rechercherons les espèces inféodées à l'altitude : le Canard à queue pointue, la Sarcelle des Andes, l'Erismature des Andes, la Mouette des Andes, entre autres.

JOUR 8 : Col de Papallacta – Guango lodge

Au Col de Papallacta, par beau temps, le paysage est renversant : les cimes enneigées des Volcans Cotopaxi, Antisana, et Cayambe dominent les immensités vertes et jaunes du paramó et les lagunes d'altitude d'un bleu profond. Nous sommes dans le domaine vital de l'ours à lunettes : les chances de l'observer sont réelles. Nous découvrirons sûrement les traces de son passage. En effet, il laisse traîner derrière lui les feuilles d'une broméliacée d'altitude qu'il a pris soin "d'éplucher" jusqu'à atteindre le cœur dont il raffole. Bien à l'abri du vent, les broussailles cachées au creux des éperons rocheux accueillent les Synallaxes des Andes, à menton blanc ou flammée, la Grallaire de Quito, le Mérulaxe du paramo. Nous n'oublierons pas de jeter de temps en temps un coup d’œil en direction du ciel où planent régulièrement la Buse aguia et la Buse tricolore. Les tourbières d'altitude abritent la rarissime Bécassine noble. Nous poursuivrons notre ascension jusqu'à la limite supérieure de la végétation à la recherche du magnifique Attagis de Gay qu'il faudra dénicher malgré son camouflage parfait.

Nous entamons ensuite une longue descente sur le versant Est de la cordillère orientale pour arriver à Guango lodge dans l'après-midi, une étape de grand intérêt entre les Andes et l'Amazonie où nous verrons de nouveaux Colibris : l'Héliange tourmaline, le Sylphe à queue d'azur, l'Inca à gemme bleue, le Colibri de Matthews, le Colibri d'Héliodore, et surtout, le fantastique Colibri porte-épée au bec prodigieusement long, exemple extrême de l'adaptation darwinienne (son bec démesuré lui permet d'atteindre le nectar au fond des fleurs à corolles tubulaires). C'est aussi ici que nous verrons sûrement un des plus beaux corvidés au monde : le Geai vert.

JOUR 9 : Guango lodge – Baeza - Cabanas San Isidro

Ce matin, nous partons explorer les berges de l'impétueux torrent Rio Quijos. Un petit canard très spécialisé y vit, champion toute catégorie de natation en eaux vives : la Merganette des torrents. Ce site est un des meilleurs endroits pour l’observer. Nous rencontrerons peut-être aussi le Cincle à tête blanche ou le Tyranneau des torrents. Nous profitons au mieux des itinéraires pédestres à l'intérieur de la réserve privée du lodge et des nombreuses mangeoires à Colibris. Avec de la chance nous en verrons encore de nouveaux : le Colibri de Lafresnaye, le Métallure émeraude, l'Inca à collier, l'Erione pattue, etc.

En début d’après-midi, installation à Cabanas San Isidro pour 2 nuits, un des éco-lodges naturalistes les plus anciens d’Equateur. Nous sommes désormais dans l’étage sub-tropical humide et de fait, la végétation a changé : les arbres sont très chargés en plantes épiphytes et en mousses, différentes espèces d'orchidées, généralement difficiles à voir, abondent. Sur un chemin facile en pleine forêt primaire, nous croisons le vol ondulant des fantastiques papillons morphos, aux ailes bleu azur. Avant le crépuscule, les chants d'oiseaux aux sonorités étranges remplissent tout l'espace. A la nuit tombée, nous essayons de trouver la Chouette de San Isidro, considérée comme une sous-espèce de la Chouette à lignes noires.

JOUR 10 : Cabanas San Isidro

Niché au cœur de l'étage subtropical humide, le Cabanas San Isidro est le gardien d'une immense étendue de vallées, de crêtes et de montagnes aux pentes anarchiques, recouvertes d'une luxuriante forêt subtropicale dans laquelle les arbres ploient sous le poids des mousses, des orchidées et des broméliacées épiphytes. Ici, la forêt est orchestrale, les trois notes cristallines de la Grallaire à ventre blanc répondant aux appels sonores du Carnifex barré. Quant aux jardins du lodge, ils résonnent du chant mélodieux du Sourciroux à bec noir, des onomatopées du Quetzal antisien et des moqueries rauques du Geai vert. A l'instar d'Angel Paz, les gardes de la réserve ont accoutumé deux espèces de Grallaires sur une station de nourrissage : l'omniprésente Grallaire à ventre blanc et la discrète Grallaire à tête rousse. La large piste qui mène au lodge et au village de Las Caucheras traverse de riches portions forestières où les conditions d'observation sont excellentes. Nous rechercherons activement quelques-unes des spécialités de la zone dans les arbres en fruits et parmi les bambous chusqueas, notamment le Toucan à bec noir, l'Anabate strié ou le Todirostre bariolé.

JOUR 11 : Crête de Huacamayos - Réserve Narupa –Retour à Quito en avion et nuit ou bien continuité vers l’extension en Amazonie (Nuit à Coca)

Les versants abrupts de la Cordillère de Huacamayos abritent l'un des sites d'ornithologie les plus fabuleux du pays. Le sentier serpente essentiellement le long d'une crête forestière étroite dont les arbres fournissent des micro écosystèmes à plusieurs étages pour une multitudes de plantes épiphytes. Ce site offre également un panorama époustouflant sur la plaine amazonienne. Dans la végétation dense et la canopée brumeuse, nous rechercherons la Pénélope des Andes, la Synallaxe rousse, l'Anabate flammé et le Grimpar tyran. Nous entamerons ensuite une longue descente vers les étendues luxuriantes de l'Amazonie. Nous ferons un arrêt aux abreuvoirs de la Réserve de Narupa où plusieurs espèces de colibris, nouvelles pour ce voyage, viennent aspirer le délicieux mélange sucré à l'ombre d'une magnifique forêt de piémont : Colibri grivelé, Brillant à bandeau bleu, Campyloptère du Napo, Coquette de Popelaire, Colibri à queue mi -blanche, Ermite vert, Brillant à front violet et Brillant à gorge noire, etc.

Dans l’après-midi, selon les choix initiaux effectués par les participants :

  1. soit nous organisons votre retour vers la capitale, Quito, avec un transporteur. Vous passez la nuit à Puembo Birding Garden, un hébergement proche de l'aéroport. Une navette se charge de vous acheminer à l’aéroport en temps voulu le lendemain.

  2. soit nous continuons vers Coca, porte de l’Amazonie, pour passer une nuit à l’hôtel El Hauca, point de départ de notre fantastique périple amazonien.

Partie Amazonie

JOURS 12-13-14-15 : Sani Lodge

Depuis les quais le long du fleuve, nous descendons le Rio Napo, l'un des principaux affluents de l'Amazone, jusqu'aux rives sableuses délimitant le territoire de la Communauté Sani Isla. Pour cette première plongée dans la touffeur amazonienne, la pirogue est extrêmement rapide, mais cela ne nous empêchera pas de faire nos premières observations d’espèces lacustres ou inféodées aux forêts riveraines des "eaux blanches" des grands fleuves du bassin amazonien. Nous pourrons également contempler les nombreux îlots sableux couverts d'une végétation plus ou moins haute où dominent les Cecropia, habitat favori de la mythique Coracine ornée. Après une courte marche en forêt sur une passerelle de bois dans une belle forêt inondable (Varzea), nous embarquons sur des petites pirogues à rames, notre moyen de transport quotidien désormais, et nous remontons le canal qui mène à la lagune où se trouve le lodge Sani. Nous entrons dans le territoire des "eaux noires" chargées des tannins des feuilles en décomposition, drainées par les pluies amazoniennes. Nous voyons nos premières espèces, les plus communes, omniprésentes autour de la clairière du lodge : le Cassique cul-jaune et le Cassique roussâtre nichant dans leurs incroyables nids en forme de bourse allongée, ainsi que des Aras vert et macavouanne, en vols groupés au-dessus de la lagune. A la nuit tombée, le concert cliquetant des amphibiens prend la relève, interrompu par la plainte d'un Engoulevent pauraqué ou par les appels lancinants d'un Ibijau gris. Les Petits-ducs de Watson et choliba égrènent leurs notes limpides à proximité de la salle commune du lodge tandis que la minuscule Chevêchette brune se prépare à accompagner notre nuit de son doux trille. Sani est probablement l'un des meilleurs lodges d’observation amazoniens.

Le soleil levant met progressivement en lumière la magnifique lagune qui borde les cabanes. Dans le silence apaisant qui règne ici, le Tinamou cendré, le Grand Tinamou et le Tinamou vermiculé nous livrent leurs douces mélopées. Les Amazones aourou, Amazones à front jaune et Amazones poudrées quittent leurs reposoirs nocturnes et survolent en groupes lâches les eaux sombres immobiles. Un Grimpar talapiot jette sa trille depuis une zone de forêt inondée toute proche tandis que l’étrange Hoazin entame sa journée en étirant ses larges ailes. Dans l’environnement immédiat du lodge, nous pourrons observer plusieurs espèces communes. L’Hermite hirsute et le Mango à cravate noire volètent autour des fleurs d'Heliconia, au bord de l'eau. Les Barbacous unicolores riverains rivalisent de vocalises avec les Barbacous à front blanc plus forestiers. Le Martin-pêcheur à ventre roux, le Martin-pêcheur vert et le Martin-pêcheur d'Amazonie zèbrent la lagune de leurs vols rectilignes. Les bords broussailleux de la lagune et les enchevêtrements de lianes abritent le Jacamar à menton blanc, l’Alapi paludicole, l’Alapi plombé et le Fourmilier perlé tandis que retentit la plainte lancinante de l'Attila cannelle. Le Martin-pêcheur bicolore et le minuscule Martin-pêcheur nain règnent en maîtres sur les étroits canaux d’eau noire. Avec un peu de chance, on y observera aussi le mythique Onoré zigzag, à la tombée de la nuit. Dans la lagune et sa végétation riveraine, les conditions d’observation sont idéales et les espèces se succèdent à un rythme effréné, pour notre plus grand bonheur. Les palmiers Moriches présents sur le territoire aux abords du lodge accueillent les Pénélope à gorge bleue, le Tyran des palmiers ou l'incroyable Anabate des palmiers. Le système forestier autour du lodge est essentiellement constitué de Varzea. Ces forêts saisonnièrement inondées abritent une grande variété d'espèces. Pour découvrir l'autre principal écosystème forestier amazonien, la Terra Firme, jamais inondée, nous devrons traverser le Rio Napo pour accoster dans les clairières et écosystèmes de la Communauté Sani Isla qui gère le lodge. Les Indiens amazoniens vivent en général sur une étroite bande de terre le long des grands fleuves, où se déposent, au gré des crues, les limons fertiles. Nous explorons ces milieux secondaires à la recherche d'une avifaune toujours très diverse. Puis nous nous enfonçons dans l'un des écosystèmes les plus passionnants de la planète : la Terra Firme.

Tout au long du sentier étroit et boueux qui serpente dans cette luxuriante forêt, nous aurons le loisir d'observer les espèces inféodées à cet habitat. Nous rechercherons les nappes de fourmis légionnaires qui attirent une grande variété d'espèces spécialistes. L'un des moments forts de ce séjour amazonien sera la matinée que nous passerons dans la tour en canopée. Construite dans un Ceibo géant, cette tour de 35m de haut nous permettra d’observer de splendides rondes d’oiseaux dans la canopée, invisibles depuis le sol. Le panorama sur l'immensité vierge de l'Amazonie, la lagune et le Rio Napo est tout simplement renversant. Nous y serons au lever du jour, au moment où la forêt s'éveille… La mélodie complexe du Merle de Lawrence et les cris plaintifs de l’Attila à ventre jaune s’élèveront dans la douce lumière matinale. Avec un peu de chance et de patience, nous aurons l'immense bonheur d'observer une géante ailée d’Amazonie : une Harpie Féroce ou une Harpie huppée. Au cours de ce périple, nous explorons également un des écosystèmes les plus spécialisés de la planète : des îles temporaires de taille variable (quelques mètres carrés à plusieurs centaines de mètres) engendrées par les grands fleuves, en raison de leur mouvance et des variations de leur lit et de leur niveau. Si l'île reste émergée suffisamment longtemps, une végétation spécifique s’installe, rapidement colonisée par une flore et une faune extrêmement spécialisées et inféodées à cet écosystème. La chaleur devient rapidement assommante sans le couvert végétal de la forêt. Nous quittons ce fantastique écosystème en embarquant à bord d’une pirogue, pour un court trajet sur les eaux blanches du Rio Napo. Nous profitons de cette étape en pirogue pour chercher l’Engoulevent trifide bien camouflé parmi les troncs échoués en bordure du fleuve. Nous pointons nos jumelles sur les perchoirs favoris du Jacamar oreillard et du Jacamar brun, et avec un peu de chance, nous verrons un gigantesque Grand Ibijau perché sur une branche cassée de Cecropia. Cette traversée a pour but d’assister à l’un des plus fabuleux spectacles d’ornithologie au monde. En effet, en raison de l’abondance en cette saison de fruits et feuilles comestibles, des nuées de Psittacidés se rassemblent en des points précis pour ingérer boue et minéraux qui faciliteront leur digestion. Le Rio Napo abrite sur ses berges deux falaises d’argile particulièrement prisée par cette famille d’oiseaux. Sur une de ces falaises surplombant le fleuve, nous assisterons aux allées et venues incessantes et cacophoniques d’Amazones poudrées, d’Amazones à front jaune, de Conures de Weddel et de Piones à tête bleue. Nous irons également voir la deuxième falaise, plus discrète, abritée par la forêt, et qui ressemble d’ailleurs davantage à une grotte. Là, cachés dans un affût, nous pourrons observer de près des milliers de Touis de ville assaillir si vivement la flaque d’argile que notre œil mettra du temps à s’habituer à ce kaléidoscope multicolore. Ces falaises sont situées à l'intérieur du Parc National Yasuni qui, avec ses 980000ha, est le plus grand Parc d’Equateur.

JOUR 16 : Sani Lodge - Vol vers Quito - Nuit et dîner proche de l'aéroport (Puembo Birding Garden)

Après quelques heures d’observation autour du lodge, nous repartons vers Coca en pirogue à moteur. Nous prenons ensuite un petit avion pour rejoindre Quito, en survolant les immensités vertes de la plaine amazonienne, avant de prendre de l’altitude pour admirer les Andes.

JOUR 17 : Vol retour

Après une nuit à Quito, le voyage s’achève. Si votre vol a lieu en milieu de journée vous aurez encore bien le temps de profiter du jardin du lodge et ses habitants, avant de prendre la direction de l'aéroport.

TARIFS
Le prix du séjour TTC est de 3300 € par personne (formule Andes) ; ou
de 5800 € par personne (formule Andes + Amazonie).
Le séjour est limité à 8 personnes. Il démarre à partir de 6 personnes.
  
Ce tarif comprend :
 - l'hébergement tel que mentionné ci-dessus
 - les repas (petits-déjeuners, déjeuners, dîners)
 - les déplacements en minibus et en pirogue
 - l'encadrement par des guides spécialistes
 - le vol intérieur Coca - Quito du jour 16
 - le déplacement en bateau-taxi (partie Amazonie)
  
Ce tarif ne comprend pas :
 - Votre vol international pour arriver à l'aéroport de Quito 
 - Les boissons en extra
 - Les pourboires
 - L'assurance annulation - rapatriement
 - Tout ce qui n'est pas compris dans la rubrique "Ce tarif comprend"